The French Dispatch

The French Dispatch ★★★★½

Depuis The Grand Budapest Hotel (et peut-être même depuis Moonrise Kingdom, mais ça s'articule vraiment à partir de Grand Budapest Hotel j'ai l'impression), on dirait que Wes Anderson plonge totalement dans son monde, qu'il explore sans aucun complexe ses tics et ses manies, ce qui fait son style, mais à 200%. D'ailleurs, dans ces films, on dirait qu'il ne se soucie même plus de développer ses personnages, ils sont les archétypes qui peuplent ses mondes et qui, malgré ça, ou plutôt grâce à ça, les rendent réels, ces mondes qui sont tous aussi archétypés. Avant Budapest, on pouvait dire que ses films sont des versions fantasmés de la vie, mais après, on voit que Wes Anderson assume vraiment de créer son propre monde totalement dissocié du notre (et plus comme une province du monde cinématographique, une sorte d'empire Truffaut-Renois), d'ailleurs c'est pas pour rien que ses trois derniers films se situent tous dans des pays ou des villes fictives. En quelque sorte, c'est un corolaire de la politique des auteurs (que Wes Aderson doit connaitre) qui consiste à dire qu'un auteur fait toujours le même film sauf que Wes Anderson, à qui on reproche souvent de toujours refaire le même film, va plus loin en fait, c'est qu'il fait de plus en plus son film. On dirait qu'il plonge de plus en plus dans sa Wes-Andersitude. Je veux dire, il n'y a rien de plus Wes Anderson que The French Dispach et je trouve ça fascinant de voir un cinéaste qui non seulement développe son style et son discours mais qui les assume de plus en plus et les pousse de plus en plus loin. Rendu là, si t'es pas déjà vendu à Wes Anderson, ben c'est pas celui-là qui va te convaincre. Si t'es vendu par contre, tu vas avoir du fun en maudit.

BorisNonveiller liked these reviews