• Copacabana Mon Amour

    Copacabana Mon Amour

    Cela pourrait être cela : un film où les personnages sont libres.

  • The Edge of Seventeen

    The Edge of Seventeen

    ★★★½

    Un film sans logos.
    La discursivité du film se fait sans pompeux discours rabâché ; la continuité mélodramatique met toute la lumière sur une situation trop vécue.

  • A Place in the World

    A Place in the World

    ★★★★★

    Robert Wyatt sounds different every time since then.

  • Freizeit Or: The Opposite of Doing Nothing

    Freizeit Or: The Opposite of Doing Nothing

    ★★★½

    Un autre film, une même structure (et la fameuse scène de danse entre ami·es sur de la musique synthpop), pour exprimer à celles & ceux qui ne l'avaient pas encore compris que les jeunes ont une conscience du monde et souhaitent (en) faire quelque chose.

  • Sur la voie critique

    Sur la voie critique

    ★★★★★

    Route One/USA
    Claude Monet (le fantôme de)
    Jean-Luc Godard
    Kendrick Lamar
    Johann-Sebastian Bach
    Françoise Lebrun
    Slowcore
    David Lynch

  • Cousin Jules

    Cousin Jules

    ★★★½

    Une heure et demi d'une vie d'habitudes ou la version longue de la scène d'épluchage de pommes de terre de J. Dielman.

    Les documentaires sont-ils voyeuristes ? Évidemment.
    Leurs protagonistes sont donc exhibitionnistes ? Bien sûr — et voilà une question plus intéressante.

  • Will It Snow for Christmas?

    Will It Snow for Christmas?

    ★★★½

    Il est intéressant de lire çà et là la pudicité accommodée au film — à se mettre d'accord : le film montre et fait entendre effectivement une violence structurelle patriarcale et use de certains effets (couper une scène sur un mot insultant, habillage sonore oppressant, etc.), avec la complicité d'un jeu réaliste (certains mots de la mère coupent le souffle) ; mais les spectateurices seraient alors plus habituéEs à la représentation d'images, non seulement violentes mais, pornograpiques, gores ? est-ce…

  • Black Orpheus

    Black Orpheus

    ★★★★★

    The most colorful —and darkest, at the same time— movie i've ever seen (next to M. Ophüls' Lola Montès); as colorful as the dead carnival which might be remembered on some YouTube videos today.

  • Ága

    Ága

    La mise en scène n'a pas de limite.
    L'ethnographe devient celui qui laisse le plus possible ses sujets se mettre eux-mêmes (?) pour elle·lui (?) en scène.

  • HPG, son vit, son oeuvre

    HPG, son vit, son oeuvre

    ★★★★★

    Autoportrait d'un hardeur ; rien ne va, d'un point de vue extérieur ; tout est parfaitement réel & réalisable (fait & à refaire). S'il faut un exemple de cinéma-vérité, en voici une quintessence, dans son monde propre.

  • 1917

    1917

    ★★½

    Dans 1917, Sam Mendes propose par l'expérience du plan séquence de suivre avec ses deux protagonistes, Blake & Schofield, la mission suivante, que le devoir militaire et moral leur incombe : se frayer d'un point A à un point B avant la fin d'un décompte prédéfini, sauvant ainsi nombre de bien valeureux soldats, comme eux.

    Le film s'en tiendra à peu près à ce postulat, non sans oublier complètement son cahier des charges, provoquant à charge du visionneur les émotions consacrées…

  • 8½

    Cette critique peut être vue comme une suite à celle du Sergent Pepper [https://www.senscritique.com/film/Huit_et_demi/critique/25997447 ] : en effet, je n'ai vu le film qu'une fois, et ne voici que l'intuition qui réagit à un premier visionnage. Revoir les films est un devoir de cinéphile aguerri ; je ne respecte donc pas ici complètement ma charge : mais sans cela, je n'aurais pu aller jusqu'au bout de ma potentielle bêtise céans.

    Parce que (si) ce film est un chef-d'œuvre, alors il…