Favorite films

Recent activity

All

Recent reviews

More
  • Sucker Punch

    Sucker Punch

    ★★★

    2021 est l'année où j'ai finalement succombé à Zack Snyder. J'ai toujours trouvé qu'il était un artiste visuel doué, mais j'avais des réserves à propos de la plupart de ses films. Mais plus j'en revois, plus je réalise que son oeuvre est cohérente, avec ses personnages de survivants qui évoluent dans des univers fantastiques où ils s'efforcent de surmonter leurs traumatismes. Ici, de pauvres filles prisonnières d'un asile/théâtre s'échappent à travers des scènes d'action imaginaires (samouraï/guerre/heroic fantasy/sci-fi), toujours au rythme d'excellents needle drops, dont Army of Me de Björk. Ça ne fonctionne pas complètement, mais ça reste un beau trip.

  • Grosse Pointe Blank

    Grosse Pointe Blank

    ★★

    Je voulais réévaluer ce film après mon coup de foudre pour Miami Blues, le film précédent de George Armitage, mais finalement c'est pas mal ce dont je me rappelais : une de ces bêtement opportunistes comédies criminelles post-Pulp Fiction, avec John Cusack en tueur à gages qui se rend à ses retrouvailles du secondaire. Du sous-Tarantino, bref, où ni les dialogues ni les éclats de violence ne sont à la hauteur. Excellente trame sonore "all 80s, all vinyl", cela dit.

Popular reviews

More
  • Army of Darkness

    Army of Darkness

    ★★★★★

    Ce film a été une révélation pour moi quand je l’ai loué par hasard quand il est sorti en VHS, et près de 30 ans plus tard, je le trouve toujours aussi jouissif. C’est un hommage formidablement irrévérencieux au genre sword and sorcery, réalisé de façon survitaminée par Sam Raimi, comme si c’était un dessin animé par moments. Il peut d’ailleurs compter sur le visage élastique de Bruce Campbell, macho et héroïque quand il le veut, avec des répliques incroyablement…

  • Lovers Rock

    Lovers Rock

    ★★★★★

    En 70 minutes, Steve McQueen réalise le film le plus sensuel de l'année, avec la meilleure trame sonore. Un house party jamaïcain à Londres en 1981, avec un peu de drame, un soupçon de tension, un brin de commentaire social en filigrane, mais surtout plein de belles personnes qui dansent, qui chantent, qui se courtisent, qui fument du weed et qui boivent de la bière. J'ai été complètement captivé par les couleurs chaudes des images, par la caméra qui déambule…