Favorite films

Don’t forget to select your favorite films!

Recent activity

All
  • Pallasseum - Invisible City

    ★★★★★

  • The Big City

    ★★★★★

  • Sherry

    ★★★★★

  • Sasha

    ★★★★★

Recent reviews

More
  • All Rights Reserved

    All Rights Reserved

    Le dispositif seul suffirait à séduire : quelque chose d’un cinéma faussement naïf porté à maturité. Mais le film, plein de surprises, ne serait qu’astucieux s’il ne traitait par l’anecdote d’un sujet majeur : le foyer. Les objets, dérisoires mais érigés en symboles jusqu’au malaise, finissent par incarner le concept de propriété autant que ses limites. Un documentaire joyeux, insolent et résolument politique qui, à la manière de Ceci n’est pas un film, explore les possibilités du cinéma contre toute forme de censure et d’amnésie collective. (Alexia)

  • Urban Cowboys

    Urban Cowboys

    Le film s’ouvre et se ferme sur une friche entre deux usines, espace de liberté autant que de désœuvrement, qui semble à lui seul métaphoriser l’existence des personnages. Ces jeunes gens, issus d’une classe ouvrière délaissée, apprivoisent les chevaux qui y galopent, comme pour s’apprivoiser eux-mêmes : sur sa petite jument au poil terne, l’orphelin fait peser toute sa solitude. Sans concession, mais non sans empathie, le film donne à voir une violence sociale autant qu’intime, subie et exercée par…

Popular reviews

More
  • I'm not unhappy

    I'm not unhappy

    Pendant ses années d’études à Paris 8, Laïs Decaster filme son quotidien et celui de sa bande de potes. Sa vie devient émotionnellement accessible grâce à son filmage. Les scènes entre les copines semblent être prises sur le vif. C’est avec justesse qu’elle a choisi les instants les plus propices à notre empathie profonde. Un travail énorme fabriqué avec le cœur : très vite, le nôtre devient perméable à ces amitiés sorelles. S’identifier à ses amies/stars/bêtes de scènes devient limpide…

  • Limbo

    Limbo

    Alex, ancien membre des FARC, traverse les montagnes colombiennes à l’arrière d’un camion transformé en camera obscura. Les paysages s’y trouvent projetés à l’envers dans l’habitacle où se trouve Alex, qui comme dans un confessionnal, nous raconte sa trajectoire. A l’image de la citation de Max Ernst ouvrant le film, nous avons maintenant un oeil fermé et un oeil ouvert – un regard à la fois sur le monde intérieur et extérieur. Alex nous raconte comment il est devenu guerillero,…