Archipelago

Archipelago ★★

Je ne pensais pas écrire sur le film pour plein de raisons. J'aime défendre le cinéma québécois, une amie a fait de l'animation sur le film et j'avais beaucoup aimé le précédent film de Félix Dufour-Laperrière...

Mais ce matin un ami m'a demandé en privé ce que j'ai pensé d'Archipel et je me suis laissé aller et ça m'a fait beaucoup de bien. Donc je retranscris ma réponse ici.

Plusieurs irritants avec Archipel. Pendant le premier tiers j'aimais bien ça. C'était éducatif, joli, envoutant même si on frôle souvent l'épisode de Découverte ou une animation éducative faite pour le Géoparc de Percé. Mais à la longue les voix off deviennent tellement lourdes. Il y a la voix de la femme - celle du réalisateur - qui nous dit que le Québec est truffé de beauté et que les Québécois modernes qui ne travaillent plus la terre ne savent pas le reconnaître. Elle fait la morale à la voix masculine - les spectateurs qui ne reconnaîtraient pas la beauté du fleuve/du Québec - qui ne dit absolument rien de pertinent. À la longue ça m'était insupportable ces deux voix off bercées par une musique qui essaie tellement de nous dire que ce qu'on regarde et écoute est profond. Et je trouve ça quand même drôle comme projet de film au final. On nous répète qu'il faut davantage apprécier le fleuve parce que c'est ben ben beau. Et je me demandais qui est contre le fleuve? À qui on s'adresse ici? Certainement personne dans la salle, mais si tu ne te retrouves pas dans les propos de la voix-off féminine (qui parle pour le réal), t'es pogné pour être représenté par la voix off masculine creuse ou par la petite scène où Dufour-Laperrière met en scène ce qui, pour lui, représente c'est quoi les gens creux aujourd'hui (essentiellement c'est une fille qui se joue dans les cheveux et un couple en date qui s'embrasse).

Mais l'animation est ben ben belle.