A History of Violence ★★★★½

C'est toute une mise en scène de la violence ça... Cronenberg s'attaque à cette violence que l'on voit au début, qui a lieu en hors champ et dans le mépris quotidien des humains ordinaires. Puis, une coupe et on voit un enfant qui se réveille d'un cauchemar en évoquant l'arrivée de ces monstres qui existent bel et bien caché quelque part en nous. Puis, on la rassure avec une histoire... Cette violence qu'il ne faut pas non plus renier en tentant de l'effacer ou de la couvrir sous un vernis d'héroïsme. De quelle histoire de violence cherchons-nous? Celle où on se créer des fantasmes (cette scène de sexe adolescente tellement belle et tendre) pour alimenter le quotidien où celle où on cherche à la purger (l'autre scène de sexe assez "excitante" quand même...) pour soutenir un peu le quotidien, celle qui tente de défendre son égo (l'histoire du fils)? Puis, j'imagine que la plus belle violence, c'est celle qui nous permet de revenir à table.