The Twentieth Century

The Twentieth Century ★★★★½

Le Vingtième Siècle est une comédie dramatique prenant une forme iconoclaste et éclatée, ce long métrage est une satire politique librement inspirée des journaux intimes de William Lyon Mackenzie King.

J'avais aucune idée de ce qui m'attendait. J'ai seulement lu ceci: "À Toronto, en 1899, un jeune homme rêve de devenir le premier ministre du Canada, et d’ainsi satisfaire les attentes démesurées de sa mère. Mais qui est ce William Lyon Mackenzie King?" J'm'attendais donc à un film biographique respectable sur la vie de cet ancien premier ministre. Rapidement, on se rencontre que le ton surréaliste donné au film nous projette dans un délire jouissif où l'image s'inspire des courants de l’expressionnisme allemand. J'ai cru reconnaitre, par moment, des images qui s'inspirait grandement du film Metropolis de Fritz Lang. D'ailleurs, tous les décors ne sont pas naturels, on a vraiment l'impression de se promener dans un décor plat d'un vidéoclip de la fin des années 70 ou début 80.

Par moment, on a l'impression d'être sur un trip de drogue. On y trouve plusieurs personnages grotesques et l'humour irrévérencieux et biscornu se prête bien à cet univers déjanté.

Le Vingtième Siècle sort tellement des sentiers connus des films réalistes qu'ils devraient plaire aux amateurs d'originalité qui possèdent un humour large. Par contre, si vous êtes plus conservateur dans vos visionnements, tenez-vous loin de ce film.

Dans cette course à la chefferie du pays, la plupart des dialogues sont en anglais, mais quelques visites au Québec et personnages québécois parlent français. Vous devriez voir quelques comédiens québécois traverser l'écran. À vous de les trouver, j'ai que trouver Guillaume Lambert.

L'affiche 👇 dit vrai, il y a des acteurs qui jouent des femmes et des actrices qui jouent des hommes et il n'y a aucune subtilité dans la transformation des genres.

J'ai adoré ce film.