• The Green Knight

    The Green Knight

    ★★★★

    Une histoire inégale comportant quelques longueurs, mais ne manquant pas d'inventivité visuelles pour se réinventer. Malgré un montage parfois hasardeux, la réalisation ne manque pas de magnifier le récit épique et intimiste. Le film se conclu en plus par une fin intéressante.

  • The Yards

    The Yards

    ★★★½

    Le dernier Gray qui le rester à découvrir, et je suis toujours aussi conquis par sa filmographie.
    On y retrouve ses thématiques et son traitement habituel. Un personnage tiraillé entre deux choix, baignant dans un milieu mafieux, mais toujours traité avec beaucoup d'intimisme.

  • Vitalina Varela

    Vitalina Varela

    ★★★★

    Un film d'une lenteur extrême qui nous enferme avec son personnage dans un clair-obscur sublime et pesant. On ressent aussi le deuil et la torpeur de Vitalila par les décors, toujours en intérieur, clos et sombre.
    On manque d'air, on étouffe et on vit une expérience unique.
    À voir en salle évidemment, même si le film est trop peu distribué

  • The Matrix Resurrections

    The Matrix Resurrections

    ★★½

    Un parpaings d'exposition assomant qui se croit intelligent avec son délire meta. Il ne reste de tout ça un film prétentieux, ennuyeux et plat, avec trop peu d'ambition de mise en scène et une esthétique plus que douteuse. Trop peu voir aucune scènes d'actions ne sont mémorables. Bien loin de l'intelligence et l'efficacité du premier.

  • The Matrix Revolutions

    The Matrix Revolutions

    ★★★

    *blablabla scène d'exposition *blablabla Lambert Wilson qui parle français *blablabla *pan pan boom boom scène d'action *boom pam pam boom * Hugo Weaving lève un sourcil *pan pan boom CGI de ciel ensoleillé moche *fin

  • My Brothers and I

    My Brothers and I

    ★★★½

    Un film peu original dans le fond, qui peut par exemple énormément rappeler Gagarine mais dont le traitement n'a pas à rougir (la pellicule 😍)

  • Licorice Pizza

    Licorice Pizza

    ★★★★

    PTA revient avec force aux sources de son cinéma. Los Angeles, pellicule, 70's, BO boogie, fougue, énergie...
    Mais il injecte à tout ça la science de la mise en scène qu'il a appris entre temps. Plus sobre, sans pour autant perdre en dynamisme.
    Il recréé à nouveau avec brio une époque qui lui est chère avec passion. On traverse cette fresque les yeux grands ouverts, émerveillés par la passion que PTA infuse à son œuvre.
    Au delà de cette reconstitution,…

  • The Card Counter

    The Card Counter

    ★★★½

    Paul Shrader revient pour nous rappeler que le monde est pourri. Cette fois ci avec plus de distance que dans un First Reformed.
    Ici la violence est plus insidieuse. Elle imprègne les personnages par leurs passés et ne cesse de revenir dans leurs vies.
    L'imagerie propre et clinique à l'image de son personnage, contraste avec les flash-backs filmés à 360° et en pellicule, accentuant la brutalité et la cruauté de ce passé.
    Malheureusement le récit se perd et patine pendant une bonne partie, pour au final s'achever par une conclusion décevante.
    Un bon film malgré tout.

  • Play

    Play

    ★★★★

    Peut être mon film préféré de 2020 avec le recul.

  • Stealing Beauty

    Stealing Beauty

    ★★★½

    Bertolucci est un maître, même ses films les plus modestes sont géniaux.
    Ses films sont des objets insaisissables, uniques et fascinants.
    Celui ci ne déroge pas à la règle.
    Un soin à été apporté à chaque élément et on le ressent. De la réalisation aux décors en passant par la photographie, tout y est génial.

  • Van Gogh

    Van Gogh

    ★★★★

    Je finis merveilleusement cette année 2021 en complétent la filmographie de Maurice Pialat, le patron de la France.
    Fidèle à son naturaliste, il brosse le portrait torturé de Van Gogh, en adoptant un style visuel sublime et picturale. Il n'oublie jamais de laisser la place à ses acteurs pour incarner à merveille les personnages. Surtout, il laisse au temps aux scènes de vivre, de prendre vie devant nous.

  • Loveless

    Loveless

    ★★★★

    Je ne vois pas comment ce film n'aurait pas pu me plaire. Tout y est.
    Il m'a sans cesse rappelé avec cette société malade, et ces familles incapables de communiquer même dans les pires moments.
    Il m'a aussi fortement rappelé Prisoners que ce soit par ses décors hivernaux ou plus directement sont scénario et l'étude de caractères.
    Aussi j'aime particulièrement le soin que le réalisateur porte au travail des éléments naturels. Ici, comme dans un film de Malick, la nature…