The French Dispatch

The French Dispatch ★★★★½

Wes Anderson à son plus maniéré, obsessionnel et frénétique.

On est plus que jamais dans la surcharge et le trop plein, la composition méticuleuse, étudiée à l'excès, dans une affectation entièrement assumée, devenue une posture artistique autosuffisante. Un monde hermétique mais foisonnant. Mais ce film va plus loin encore que les précédents, dans son débordement ininterrompu d'informations visuelles, le cinéaste semblant dire aux spectateurs : qui m'aime me suive, j'irai jusqu'au bout de mes délires visuels, quitte à s'y perdre dans la saturation.

Mais ce n'est pas qu'un étourdissant tour de magicien de l'image. C'est aussi, et même avant tout, paradoxalement, un vibrant hommage à l'écriture, au journalisme, à l'acte de rédiger, de composer. Et la structure du film épouse complètement celle de la lecture d'un magazine, du déploiement d'un de ses numéros, au point de fondre les médiums cinématographique et scripturaire en une oeuvre hors normes qui brouille et fusionne les frontières. Comme un film qui voudrait devenir un recueil d'histoires. Ou des articles devenus des sketches d'un film omnibus pas comme les autres. Et c'est là qu'il me semble constituer une expérience totalement unique.

Les personnes qui ont des difficultés avec la préciosité de son univers replié sur lui-même pourront ressentir ici un point de rupture. Pour ma part, ce fut pure jubilation, et je crois que toute sa démarche antérieure le menait logiquement jusqu'à cet aboutissement. Une sorte de point culminant.

Marc-André liked these reviews

All