The Hunt for Red October

The Hunt for Red October ★★★★

Sean Connery c’est le père Noël et de méchants lutins l’empêchent d’aller révéler les secrets de son traîneau aux États-Unis. C’est finit l’innocence, dit le père Noël crépusculaire.

Heureusement Alec Baldwin vient à la rescousse en bon négociateur, conscient de la bullshit des lutins et de celle des États-Unis qui n’y croient pas plus. Car hey, c’est Noël, c’est important de préserver la magie qui permet à la structure salons-lutins d’exister ; personne ne lui dit mais il sait que c’est la bonne chose à maintenir (maudit qu’il ressemble à James Stewart). 

Alors Alec s’accroche à la magie et la préserve, parce qu’un monde sans magie (sans honneur) mérite pas de voir son innocence préservée. Il faut que certains ne croient plus au père Noël pour permettre à d’autres d’encore y croire, au risque de ne plus savoir pourquoi on y a déjà cru ou pourquoi le père Noël sait encore récompenser ceux qui s’obstinent à croire en lui.

C’est comme La grande illusion au final.

Mathieu liked this review