• Belladonna of Sadness

    Belladonna of Sadness

    ★★★★★

    Ce film me fascine. Une classe de maître en animation limitée, en ruse visuelle et en écriture d'une émancipation transhistorique (quelle finale!).

  • Pinocchio

    Pinocchio

    ★★

    Irritant dans son opportunisme et moche au possible.

  • Pan's Labyrinth

    Pan's Labyrinth

    ★★★★½

    Ce film a parfaitement vieilli. La quintessence de ce que del Toro propose comme vision du monde et de ses douleurs monstrueuses.

  • The Sea Beast

    The Sea Beast

    ★★★½

    [Rattrapage LB de fin de thèse partie 10/10]

    J'ai pas vu grand-chose cette année, mais c'est sûrement le meilleur kaiju-eiga de la cuvée '22.

    On remarquera, pour bétonner le clin d'oeil, que la première apparition du monstre sur la terre ferme calque les plans et le montage de la première apparition du saurien bien-aimé dans le Gojira original. Ça et beaucoup d'emprunts adroits, mérités car pas volés, de Attack on Titan à Monster Hunter, avec une bonne dose de Moby Dick et de Jaws, en fait, bien franchement, une très belle surprise.

  • Love Hard

    Love Hard

    ★★

    [Rattrapage LB de fin de thèse partie 9/10]

    Ça aurait pu mieux mériter sa descendance avec Die Hard qui est, évidemment, un bien meilleur film de Noël. À retenir, au moins, la reprise de 'Baby it's Cold Outside' qui s'avère pas mal cute. Sinon, Jimmy O. Yang continue d'être un modèle de sino-humour et j'ai été initié aux 'acting chops' de Nina Dobrev. Un vrai film de circonstance de mutualité conjugale (en plein confinement covidien qui plus est).

  • Guillermo del Toro's Pinocchio

    Guillermo del Toro's Pinocchio

    ★★★★

    [Rattrapage LB de fin de thèse partie 8/10]

    Del Toro en grande forme dans une réappropriation magnifiquement animée, très "Pan's Labyrinth", de Pinocchio. Aucune idée que j'avais besoin de voir ce film-là, mais c'était une tisane pour l'âme. Comique aussi que Zemeckis en ait fait un la même année. À peine révélateur qu'il semble totalement inintéressant.

  • Glass Onion: A Knives Out Mystery

    Glass Onion: A Knives Out Mystery

    ★★★

    [Rattrapage LB de fin de thèse partie 7/10]

    C'est quand même nice mais c'est aussi quand même toute une débarque après le premier. Beaucoup plus de figurants qu'au précédent tour de piste, beaucoup moins de surprises ou de nouages au montage avec en retour une bonne dose de complaisance dans la critique de son sujet, des Insta-vedettes détestables qui font rire mais presqu'un peu comme dans le Östlund auquel il ressemble de bien des manières regrettables. En bref, ça manquait d'amour alors que le premier en avait à revendre.

  • Knives Out

    Knives Out

    ★★★★

    [Rattrapage LB de fin de thèse partie 6/10]

    C'est tellement bien ficelé, bien écrit, bien monté, bien joué. Tout est tellement au service du plaisir de l'exécution, dans un équilibre constant entre critique et bonté, intrigue et caractère. J'étais hyped pour le deuxième.

  • Out of the Fog

    Out of the Fog

    ★★★½

    [Rattrapage LB de fin de thèse partie 5/10]

    Impossible que le film d'un soviétique immigré, ayant fait ses armes en URSS et à Berlin (il est le monteur de La rue sans joie de Pabst -- encore lui), arrivé aux États-Unis dans les années 1930, soit une si sincère apologie du rêve américain et de sa pensée magique. Impossible d'autant que Litvak est adroit dans sa mise en scène, assez pour en faire le paradoxe de son scénario imposé. Ida…

  • Detour

    Detour

    ★★★½

    [Rattrapage LB de fin de thèse partie 4/10]

    Vu dans une nuit d'écriture de novembre, donc souvenir brumeux à souhait d'un film assez brumeux en partant. Je me rappelle surtout que de voir une vieille vue veloutée sur le sort qui s'acharne, vue au pire moment de la rédaction de thèse (celui où t'es épuisé mais où chaque jour compte dans l'entretien du diabolique ratio des "pages/jour", que chaque instant de relâchement finit par se traduire en rush 2 jours…

  • Mamma Mia!

    Mamma Mia!

    ★★★★

    [Rattrapage LB de fin de thèse partie 3/10]

    [Mamma Mia!] : Mathieu has joined the /channel

  • Triangle of Sadness

    Triangle of Sadness

    ★★

    [Rattrapage LB de fin de thèse partie 1/10]

    La meilleure scène du film, Östlund n'a pas le courage de la filmer : c'est celle de la première nuit dans le bateau de sauvetage avec le mannequin et la servante. Qu'il refuse avec autant de panache de nous montrer le pic de l'humanité de ses personnages en prenant en retour autant de plaisir à filmer la décadence en mode vomi (dans un jeu de fluide qui est 10 fois moins subtil…