Panorama-cinéma

Panorama-cinéma

HQ

Panorama-cinéma est une revue de cinéma en ligne lancée en 2003. Son site web propose plusieurs centaines de critiques de films, des dossiers thématiques, des entrevues, des balados,…

Stories

Petit papier sur Lotte Reiniger

L’approche la plus évidente et répandue de Lotte Reiniger consiste en une succession de qualificatifs qui entérinent la dimension avant-gardiste et l’influence majeure de son cinéma dans l’histoire de l’animation. Pour n’en citer que quelques-uns, rappelons que son œuvre est à la fois le lieu d’innovations techniques majeures autour de l’animation en papier découpé, la preuve incontestable de l’importance des femmes dans ce genre cinématographique, l’un des premiers longs métrages d’animation et certains diraient même le point culminant d’une pensée…

Nos rêves les plus profonds

Par un concours de circonstances, la première projection à laquelle j’ai assisté, dans la foulée du déconfinement, fut First Cow de Kelly Reichardt, alors que j’avais plus tôt prévu de retourner en salle avec Uncle Boonmee d’Apichatpong Weerasethakul. Sans réaliser sur le coup que je troquais un buffle d’ouverture contre une vache protagoniste, le premier me laissa plutôt froide pour des raisons que je soupçonne à présent d’être techniques : la qualité de la projection ce soir-là laissait en effet à désirer,…

De Jeanne Dielman à The Love Witch : le féminisme en héritage

Il y a quelque chose de particulièrement fascinant dans le cinéma, et particulièrement dans le cinéma féministe, qui consiste en la possibilité de mettre en images, de différentes manières possibles, la matérialité des corps, de les filmer dans l’espace et dans les rapports spécifiques qu’ils entretiennent avec ces différents espaces (l’appartement, la ville, la nature, les corps des autres personnes, etc.). Ainsi, le cinéma, en tant qu’il est un art qui ne nous laisse pas oublier son ancrage matériel, voire…

Les mots et les choses de Larry Cohen

À un moment ou à un autre, tous les héros de Larry Cohen nous rappellent son premier, celui de Bone, un ex-animateur de télé, déchu et pris à vendre des chars pour les pires pages publicitaires, contraint à refiler une réalité mensongère en cabotinant, à chercher à sortir d’une situation médiocre pour regagner un semblant de stabilité. Parce que ses sujets sont sérieux mais que leur approche ne l’est jamais vraiment, Cohen excelle dans le pastiche et la critique sociale et…

Recent reviews

When I Consume You

When I Consume You

★★★½

Par Olivier Thibodeau

Après They Look Like People (2015), le réalisateur et scénariste indépendant Perry Blackshear récidive aujourd’hui avec une autre variation intime sur les grands thèmes du cinéma d’horreur où la maladie mentale sert de canevas. Or, s’il évoquait précédemment une version paranoïaque du film d’invasion extraterrestre à la Invasion of the Body Snatchers (1956) ou They Live (1988), il rappelle ici une version désespérée du film de traque démoniaque (on pense un peu à une version adulte de…

Par Olivier Thibodeau

Tout est dans le titre ! Pourtant, il ne s’agit pas que d’un seul film : c’est tout un festival d’été auquel on assiste ici, un mélange de comédie romantique, de chanbara et de science-fiction sur fond de récit de tournage à la Nuit américaine (1973). La finale est particulièrement magique, constituant l’apogée du généreux travail d’hybridation amorcé en amont, avec ces adolescents romantiques qui s’improvisent Zatoïchi au balai dans le gymnase de l’école. [...]

Frank & Zed

Frank & Zed

★★★½

Par Olivier Thibodeau

Malgré ses quelques défauts techniques, ses éclairages parfois inadaptés, son humour un peu ringard et son récit légèrement bordélique, Frank & Zed brille par la qualité incroyable de son artisanat, la beauté somptueuse de ses marionnettes et de ses décors, la minutie monastique qui entre en jeu dans leur confection, mais aussi dans leur mise en scène au sein d’une diégèse complètement déjantée. [...]

Par Maude Trottier

Encore peu connu en Occident, le cinéma du sud de l’Asie survient avec force à notre regard, depuis une dizaine d’années, alors qu’une nouvelle génération de cinéastes se montre préoccupée par l’incarnation de ses mémoires. Que l’on pense à Weerasethakul ou plus récemment à Ratchapoom Boonbunchachoke en Thaïlande, on assiste au développement de formes issues d’une réflexion portant sur les modes de transmission cinéphilique en lesquels s’enchâsse l’étrangeté singulière de récits et de rituels traditionnels. [...]

Liked reviews

James Benning qui offre un excellent antidote à cette formule surfaite des shows de tueurs en série sur Netflix.

Film qui tourne autour d'un concept et qui réussi à l'exploiter de la meilleure manière avec peu de moyen et beaucoup d'inventivité. Surprenant.

Le parcours des Sparks depuis le début de leur carrière est fascinant.
Regarder le Russell Mael d'aujourd'hui est pour moi déstabilisant.
Quelques séquences du tournage d'Annette de Carax qui sont bienvenues.
Je comprend maintenant mieux ce groupe musical à part dont ma connaissance se résumait à Kimono my house.

Red Eye

Red Eye

★★★★

Why, yes, working a customer service job is pretty similar to facing a misogynistic, deranged hitman!

I loved all of Lisa's resistance methods—lying when Rippner came on too strong, constantly trying to find an out and thwart his plan, etc. She has such a strong sense of self-preservation and it was very invigorating and refreshing to watch. I also loved how many times Rippner tripped during the last third. There are lots of parallels with Scream, and even though this is not as sharp or groundbreaking, it's ultimately a very tense and enjoyable watch.