Simon has written 64 reviews for films rated ★★½ .

  • Resident Evil: Welcome to Raccoon City

    Resident Evil: Welcome to Raccoon City

    Au diable les références aux premiers jeux de la série, je retiens de ce film une trame sonore absolument géniale. J'avais l'impression d'être en 1998, à écouter CKOI sur la route des Laurentides.

    "It's just... ah... a little touch!"

  • Jungle Cruise

    Jungle Cruise

    Voir une star comme Emily Blunt briller sous les étoiles du Ciné-Parc de Belle-Neige, c'est tout simplement magique.

  • Blood Red Sky

    Blood Red Sky

    Visionné ça avec l'esprit ailleurs à cause d'une petite montée d'anxiété (ou oserais-je même dire raisonnable). J'ai déjà un peu écrit sur l'ennui au cinéma, mais peut-être devrais-je réfléchir un jour au stress qui nous envahit lors d'une séance, qui nous fait constamment sortir de l'oeuvre alors que l'on s'agrippe à elle spécifiquement pour éponger nos soucis. Il y aurait probablement un lien à faire avec la figure du vampire, qui fascine autant qu'elle empoisonne...

    Le grand non dit au cinéma est que l'on regarde rarement un film avec les idées claires.

    Sinon, ben c'est sympa, mais inutilement long comme 80% des productions Netflix.

  • El pico 2

    El pico 2

    Vu pour un article que probablement personne ici ne lira, cette suite directe déçoit pour différentes raisons. Le scénario va dans tous les sens, le traitement mélodramatique annihile toute tension, les longueurs s'éternisent.

    Ce qui frappe le plus demeure l'évacuation de certains aspects majeurs du premier épisode. El Pico 2 n'évoque plus l'homosexualité de son héros, idem pour sa critique de l'armée civile. La seule corruption qu'il dénonce est celle de la presse, qu'il traîne paresseusement dans la boue.

    J'ai…

  • Old

    Old

    Série B honnête, avec les mêmes problèmes scénaristiques l'on retrouve dans la majorité des films de Shyamalan. Heureusement, il a délaissé ses prétentions d'auteur depuis le réussi The Visit. Son absence relative de prétention rend ses productions récentes bien plus agréables. Et en cette ère où le "elevated horror" persiste sur nos écrans, il n'y a rien de mieux qu'un film de genre qui tente simplement de divertir.

    (J'aurais mis trois étoiles, mais Garcia Bernal y est trop nul.)

  • Kamikaze Hearts

    Kamikaze Hearts

    C'est long, répétitif et confus... jusqu'à une finale extraordinaire qui justifie tout le parcours tortueux que le film a pris pour y aboutir.

  • The Conjuring: The Devil Made Me Do It

    The Conjuring: The Devil Made Me Do It

    Le second épisode m'ayant déplu (qui peut encore douter de l'existence des spectres après ce dernier acte explosif?), je n'avais pas beaucoup d'attentes envers son successeur. La production semble avoir appris de ces erreurs puisque The Conjuring 3 ne cherche pas à en mettre plein la vue. Moins de 'cheap scares' cette fois-ci, plus de scène où le regard arpente l'écran à la recherche de fantômes. Un choix qui me semble judicieux.

    Je suis conscient des nombreuses controverses autour des…

  • Spiral: From the Book of Saw

    Spiral: From the Book of Saw

    S'il meuble bien un dimanche après-midi, Spiral n'est certainement pas à la hauteur de ses ambitions. L'idée de base était suffisamment intéressante pour entraîner la série Saw vers des directions inédites. Il en va de même pour le plan de cet émule de Jigsaw, qui, à bien y penser, s'avère étonnamment foucaldien. Malgré un potentiel prometteur, le film n'ose jamais s'éloigner de la franchise qui l'a vu naître. Il ne déconstruit pas Saw, se limitant à employer cet univers pour…

  • The Paper Tigers

    The Paper Tigers

    Ce serai bien plus punché si c'était plus court (la pognes-tu?).

  • The Banishing

    The Banishing

    Soirée Shudder!

    L'épisode de Creepshow cette semaine était remarquable! Nous n'avons pas entièrement perdu notre temps. Heureusement, parce que ce nouveau Christopher Smith est PLATE. Je m'excuse de ne pas sortir mon jargon universitaire, mais je pense qu'il n'y a pas mieux comme terme pour décrire ce film. Quelques bonnes scènes sont éparpillés dans un récit hyper convenu, sans aucun suspense ou personnalité.

    Je pense de plus en plus qu'en ces temps pandémiques, l'épouvante est mieux servie par le podcast que le cinéma. Sur ce, je vous laisse pour faire mon ménage tout en écoutant le nouvel épisode du No Sleep Podcast.

  • DC Showcase: Death

    DC Showcase: Death

    Meh... Autant j'ai hâte de découvrir la série Netflix inspirée de Sandman, autant ce petit court ne présage rien d'exceptionnel. Ça m'a tout de même ramené à cet univers qui a littéralement changé ma vie

  • Bye Bye Braverman

    Bye Bye Braverman

    La politique des auteurs se bute toujours aux vastes filmographies qui incluent quelques égarements. N'en déplaise à Truffaut, il est souvent difficile de défendre coûte coûte une oeuvre dans son intégralité (et ne nous cachons pas que dans le cas de Truffaut lui-même, c'est carrément impossible). Bye Bye Braverman tient donc de la note de bas de page dans l'immense carrière de Lumet. Brouillonne, elle enchaine les scénettes comiques en s'accrochant mollement à sa ligne directrice. Il n'y pas grand…