A Straightforward Boy

A Straightforward Boy

Ça fait trois mois que je n'ai pas regardé un seul nouveau film, trois mois sans donner signe de vie sur Letterboxd, simplement parce que je n'ai plus une seconde à moi ces temps-ci, mais j'ai réussi à squeezer ce court-métrage de 22 minutes cette nuit. Ça me manque, le cinéma. ÇA ME MANQUE !!!!!!!!!!

Ce n'est pas un film particulièrement notable pour Yasujiro Ozu, une comédie qui montre que la simplicité de ses films découle peut-être avant tout de la caricature américaine dans le slapstick dont il s'inspire beaucoup ici, et la version nouvellement restaurée avec 8 minutes additionnelles ( en première internet sur www.lecinemaclub.com/ cette semaine seulement, d'où mon petit effort) n'ajoute pas grand chose en plus. C'était déjà un peu trop lent, surtout dans l'exécution des gags, mettons. En tout cas, c'est un film que j'ai vu, et si j'étais riche, je regarderais plein de films tout le temps, je fusionnerai lentement avec le sofa tellement je ne ferai rien d'autre, devenant un objet je serai donc éternel, et ainsi peut être aurais-je le temps de voir environ la moitié des films sur mon disque dur