• Days

    Days

    ★★★½

    Je suis de l'avis de ceux qui trouvent que Tsai Ming-liang a fait déjà beaucoup mieux auparavant. Tout est là: la solitude, la ville, le corps malade, courbaturé, l'homosexualité, le désir, la musique qui rejoint les êtres (ici celle de Limelight jouée de façon très lente, évidemment, sur une boite à musique, ce qui m'a mis plein d'images en tête, de Denis Lavant qui titube comme un bébé plus que Chaplin, qu'est-ce que vous voulez), etc., mais il y a…

  • France

    France

    Cinq étoiles pour Léa Seydoux, zéro pour Bruno Dumont. J'ai l'impression qu'il y a une partie du discours qui m'a passé par-dessus la tête, alors on pourrait peut-être me convaincre que le film est plus intelligent qu'il en a l'air (quant à moi c'est un ratage total, Léa étant le seul intérêt du film son regard finit par être plus attachant que celui prétendument satirique de Dumont, trop préoccupé à essayer d'être un Auteur). Mais de toute façon ça pourrait pas rattraper le fait que c'était crissement long et emmerdant.

  • Last Night in Soho

    Last Night in Soho

    ★★½

    Ça fait 5 films qu'Edgar Wright nous répète qu'il est un ado incapable de grandir, et c'est pas mal ça que ça donne, quand il décide de faire un film d'horreur sur des sujets d'adultes: on a l'impression qu'il a encore quinze ans et qu'il essaie de s'imaginer c'est quoi, la sexualité, à partir des films qu'il a vus. C'est tout propre, tout net, on s'émerveille devant des belles couleurs et ça passe complètement à côté du sordide et de…

  • Cow

    Cow

    ★★★½

    Où on apprend que les vaches aussi écoutent les Pogues pour Noël.


    Et Andrea Arnold a tout de même été chanceuse pour trouver la vache qui semble tout droit sortie de son cinéma.

  • Double Indemnity

    Double Indemnity

    ★★★½

    Pas convaincu par l'intelligence de ce film, c'est très sur-écrit, avec des métaphores grosses de même à chaque répartie, qui reviennent sans cesse, comme les motifs d'ailleurs (l'allumette en particulier). On dirait presque une parodie contemporaine de dialogues hollywoodiens de l'époque tant le côté self-knowing est appuyé (ça veut pas dire que c'est en avance sur son temps, ça veut juste dire que c'est raté). Et ça manque cruellement de Barbara (même ses robes n'ont pas leur flamboyance habituelle), Fred…

  • The Running Man

    The Running Man

    ★★★½

    Si quelqu'un retrouve mon cahier de notes avec tous les maudits films d'Arnold que j'ai (re)vu il y a 5-6 ans, ça me servirait, merci.

  • True Lies

    True Lies

    Pauvre Barbara, je dois la mettre de côté un instant pour regarder des niaiseries en prenant des notes. Les choses de ma thèse m'intéressent très peu aujourd'hui.

    Enfin, les choses à dire sur Arnold sont assez évidentes, avec son double rôle parfait qui justifie le titre sinon incompréhensible, c'est-à-dire que le mensonge est vrai, il est un père de famille banal en plus d'un super-espion protecteur de son pays. Sinon, c'est un film d'action extraordinaire quand c'est un film d'action;…

  • The Bride Wore Boots

    The Bride Wore Boots

    ★★½

    Barbara pognée avec un mari insupportable dans une comédie du remariage pas drôle. C'est même pas elle qui fait la course de chevaux à la fin, et à part la scène de Noël au début c'est à peine si on la voit sur son cheval. N'importe quoi ce film. Mais elle a de bien belles robes, comme toujours.

  • Ever in My Heart

    Ever in My Heart

    ★★★½

    Obsession dorénavant officielle. Barbara ❤️

    Deux remarques: les deux guerres Mondiales ont apporté beaucoup de problèmes dans les Noël de Stany. La fin ici est pour le moins tragique.

    Et ça prend pas 5 minutes que Ralph Bellamy a déjà perdu son love interest. Archie Mayo est efficace.

  • My Reputation

    My Reputation

    ★★★½

    Barbara Stanwyck en veuve qui essaie de refaire sa vie, c'est émouvant en maudit, même s'il y a des pointes un peu trop conservatrices ici et là. Ça reste très mature comme manière d'aborder ça. Elle m'a fait pleurer dans mes rockets, avec son speech à ses enfants pour leur expliquer qu'on peut aimer plusieurs personnes dans une vie et que ça peut être sincère et loyal chaque fois même si on a l'impression que c'est unique et irremplaçable. Elle…

  • Benedetta

    Benedetta

    Sans doute les conditions de projection les plus exécrables possibles (mais ça a fini par avoir son charme), alors j’ose pas trop commenter le film, mais Jesus sur un cheval qui décapite un violeur avec son épée ça mérite son coeur.

  • Night of the Creeps

    Night of the Creeps

    ★★★★

    « What is this? A homicide or a bad B-movie?”  Tom Atkins sent une rose, Dick Miller lui donne un lance-flamme. Ça a le coeur à la bonne place, mettons.